Quelques poissons fiévreux divagueraient dans les eaux tièdes aux soirs allongés de l’été. Se révéler poisson volant sans craindre le poison violent,l’ivresse sèche de l’oxygène.Transpercer la rosée des nuages bleutés et dans le ciel glacé imposer sa souplesse rouge, devenir l’empreinte oubliée d’un baiser de feu donné à la nature, puis se laisser dévorer par la nuit, mangeuse de couleurs.

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s
  • 1